L'IRSA

Institution Régionale des Sourds et des Aveugles

Ethique : quel bilan tire-t-on du premier confinement ?

Ethique : quel bilan tire-t-on du premier confinement ?

Publié le 16 février 2021

Patrice VINCEY, Vice-Président de l’IRSA et Président du Comité d’éthique dresse un bilan du dernier comité qui s’est réuni fin 2020.


Patrice VINCEY

En cette période si particulière, le comité d’éthique du 15 octobre dernier s’est attaché à relire la façon dont nous avons tous vécu de la crise du COVID et son confinement pour essayer d’en tirer quelques leçons pour mieux anticiper l’avenir.

Merci à Esteban et Jean-Luc qui nous ont aidé à comprendre le ressenti des usagers des différents établissements et services. Merci aux parents qui ont répondu au questionnaire qui leur avait été adressé. Par ailleurs, l’ouverture du comité sur l’extérieur a pu se concrétiser par la présence de Madame Muriel RAYMOND de l’Espace de Réflexion Ethique de Nouvelle-Aquitaine (ERENA) ; nous l’en remercions.

Certains points négatifs ont été soulignés:

En particulier la difficulté d’adapter la rigidité des directives administratives à la réalité du terrain pour ce qui concerne l’isolement des résidents en EHPAD de leur famille. Des questionnements éthiques se sont posés sur cette quasi « contention » qui porte atteinte à la liberté de circulation de tous afin de freiner la propagation du virus. Difficulté de proposer le juste positionnement entre liberté individuelle et sécurité collective… Cela met en lumière la nécessité d’une pratique décentralisée de l’éthique au quotidien pour prendre la décision la plus adaptée en fonction du contexte.

Les changements des habitudes de vie ont perturbé les usagers avec changements des rituels et des repères personnels à cause des gestes barrières, l’arrêt frustrant du travail ou l’annulation d’un stage pour d’autres, sans parler du report des examens médicaux non-COVID…

D’autres points très positifs ont été appréciés :

La sensation d’être protégés tous ensemble (il n’y eu aucun cas grave en établissement),
La multiplication des initiatives de convivialité (création d’une petite épicerie à la RLD, mise en place de pauses répit à la villa Montfort et de séjours en famille en centres de vacances).
Décloisonnement : un certain nombre de salariés volontaires se sont rendus disponibles pour faire face au manque de personnel dans d’autres structures de l’association. Ces gestes ont renforcé la vision d’une organisation plus collective de l’IRSA, permettant davantage de rencontres et d’échanges entre professionnels.
Pendant cette période, les familles accueillant leurs proches ont réussi à garder le contact avec des liens plus forts qu’habituellement avec les professionnels. Les uns et les autres ont salué cette confiance et l’adaptation pleine d’humanité et d’empathie de chacun.

La visioconférence très utilisée, parfois avec une certaine difficulté il est vrai, a montré son intérêt en supprimant les temps de trajet (impact positif sur le plan écologique) et libérant autant de temps. Certains confrontés à cette nécessité ont gagné en autonomie, en particulier les adolescents avec un apprentissage rapide et la maitrise des réseaux sociaux qui les ont soudés avec un plus grand souci des uns et des autres, une dynamique d’amitié et de soutien mutuel.

On peut retenir quelques propositions : un point d’information spécifique serait à mettre en place (aussi bien ascendante que descendante) avec renforcement des informations aux familles même hors crise. Réflexion sur l’amélioration de l’accompagnement des familles à distance.

La cellule de crise pourrait s’élargir pour recueillir les avis de toutes les parties prenantes.

Le décloisonnement et les échanges entre les services seraient à promouvoir.

Au total, le résultat de ce questionnement bien que contrasté est plutôt positif et malgré la difficulté la décision reviendra toujours au responsable qui, après avoir écouté toutes les parties prenantes devra prendre la décision la plus juste et la plus humaine dans le contexte en pesant le risque par rapport au bénéfice pour trouver une juste mesure. En cas de crise nouvelle : il conviendra d’adapter les mesures prescrites, tout en mettant en œuvre imagination et créativité.