L'IRSA

Institution Régionale des Sourds et des Aveugles

Ouverture d'un service pour enfants dans le Lot-et-Garonne

Ouverture d'un service pour enfants dans le Lot-et-Garonne

Publié le 07 novembre 2017

A quelques semaines de l'ouverture de ce nouveau service qui accueillera prochainement 6 enfants déficients visuels sur le département du Lot-et-Garonne, le comité de rédaction est allé à la rencontre de la future enseignante spécialisée, Béatrice Souquet.

Vous avez accepté de prendre le poste d'enseignante au SAAAS qui ouvre dans le lot-et-garonne, quelles sont vos motivations ?

Mettre mes compétences au service des élèves qui relèvent du SAAAS et de leurs familles. Faire de cette antenne, un service où les technologies nouvelles adaptées, ou non, occuperont la place qui leur revient en termes d’accessibilité aux apprentissages scolaires, et d’intégration sociale et citoyenne.

Quelle différence avec un poste en établissement ?

Assurément l’agilité d’intervention qui est plus difficile à mettre en œuvre dans une institution. Egalement la possibilité d’exercer un travail de proximité plus aisément, tant avec les usagers et leurs familles qu’avec les partenaires.

Vous intervenez auprès d'autres associations sur l'utilisation et l'évolution des nouvelles technologies, pas toujours au sein de l'IRSA, comment expliquer le paradoxe ?

Je dirais que je n’interviens pas suffisamment. Il s’agit là d’une question de fond à laquelle il m’est difficile de répondre en quelques mots. Les nouvelles technologies offrent à l’usager une autonomie, une indépendance et un choix d’actions. Elles permettent également de choisir comment mener ces actions, dans leur environnement, avec ou sans les professionnels de la déficience visuelle. Certains des professionnels peuvent y voir leur champ d’action réduit, voire même leur métier en danger, alors qu’en fait ils ne font que subir une mutation, une métamorphose, qui certes, impose de faire le deuil de certaines pratiques, mais au bénéfice de nouvelles, plus adaptées à l’ère du numérique.

« Le métier d'enseignant ne fait que subir une mutation au bénéfice de nouvelles pratiques plus adaptées.

Il appartient à l’institution, tout comme à chacun des professionnels à l’endroit où il se trouve, d’adhérer à ce bouleversement et non pas de le craindre et encore moins de le rejeter. Plus que jamais l’ingénierie, et tout particulièrement pédagogique, mais aussi éducative, doit occuper une place essentielle dans les pratiques. Une ingénierie productrice de nouveaux savoirs et savoir-faire à mettre au service des usagers pour les conseiller et les accompagner au mieux dans leurs choix, et non croire que nous savons toujours préconiser ce que nous pensons être bon pour eux.

« Le spécifique ne doit intervenir que lorsque le matériel ordinaire se révèle insuffisant.

Faut-il opter systématiquement pour un matériel spécifique ou utiliser les ressources importantes des matériels ordinaires ? C’est un débat en cours, et je ne partage pas toujours l’avis de tous sur cette question.
Selon moi, le spécifique ne doit intervenir que lorsque le matériel ordinaire se révèle insuffisant, ce qui impose une connaissance profonde des différents matériels, mais aussi des méthodes d'apprentissage adaptées.
Aussi revient-il à l’institution la responsabilité de faire les choix qui s’imposent pour accompagner aux mieux ses équipes vers cette transformation, afin que s’effectuent les transferts de compétences sur des terrains qui peuvent paraître hasardeux pour certains.


Carte d’identité

Arrivée au CSES Peyrelongue à son ouverture en 1977, Béatrice SOUQUET s'est vu confier l’enseignement de tous les cours professionnels de la formation en BEP Sténo-dactylo-correspondancière. En 1996, elle intègre le Conseil Pédagogique de la FISAF et est nommée responsable pédagogique de la formation des transcripteurs, au sein de laquelle elle intervient en tant que formatrice.
Elle a été responsable du centre de formation de la FISAF durant près de 7 ans.Béatrice SOUQUET est également formatrice auprès des étudiants en CAEGA¹ sur les technologies nouvelles et apprentissages ainsi que responsable du CRIDEV², centre de Conseil et d’Expertise soutenu par l'AGEFIPH.
Au cours de sa carrière, elle est intervenue dans de nombreux congrès autour des Technologies Nouvelles et a mené des missions de formation en Europe et au-delà.

¹ Certificat d'aptitude à l'enseignement général des aveugles et des déficients visuels
² Centre de Ressources Interrégional pour déficients visuels

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies